Héroïque : 6 façons d'être plus centrée et consciente.

Héroïque.png

Ceux qui me connaissent auront peut-être remarqué qu'il me pousse un courage nouveau, que je sors de ma zone de confort, que j'ose plus de choses. En effet, je marche sur le chemin du bien-être et de la conscience à soi et au monde depuis un peu plus de dix ans, avec des hauts et des bas, je l'avoue. Mais avant cela, j'étais un zombie. Une mangeuse de MacDo, acheteuse compulsive, jeteuse de mouchoirs en papiers. 

Malade, déprimée, pas envie de faire mon "métier"... Aujourd'hui je suis utile, je joue mon rôle et c'est BON !

Je crois que nous pouvons changer, devenir meilleures, si nos corps sont bien nourris, revitalisés et libres de toxines, si nos esprits sont calmés, si notre âme est écoutée (et entendue). 

Nous pouvons guérir de nos vies, de notre passé, des histoires que nous nous racontons pour nous persuader de ne pas oser. De rester safe. 

Nous pouvons aller vers l'expansion et la réalisation de notre potentiel. Symbiose du corps, de l'âme et de l'esprit pour laquelle il nous faut travailler à tous les niveaux, avec courage et détermination. Les occasions de s'oublier sont nombreuses. 

Dans nos vies de tous les jours, les sollicitations sont constantes et il est difficile de rester centrées : le travail, la famille, les enfants (ou les parents), les quelques 3000 messages marketing par jour que l'on reçoit et qui nous disent que nous sommes "trop" ou "pas assez". Cela relève de l'héroïsme. C'est pourquoi je nous appelle les héroïnes de la pleine conscience. Pas besoin de collants ou de cape ridicules. Notre super pouvoir, c'est d'arriver à rester présentes. Parfois, c'est juste cette lueur de lucidité qui nous dit que l'on s'est égarée. Mais cela suffit. 

Nous sommes héroïques, parce qu'il est si facile de se cacher derrière les histoires que l'on se raconte pendant des années, parce qu'il est facile de se trouver de bonnes excuses pour ne pas avancer. Jusqu'au jour où se cacher devient plus difficile que de changer. Jusqu'au jour où se mentir est trop douloureux. Jusqu'au jour où tout en nous dit : stop.

Nous sommes héroïques parce que nos réalités sont parfois compliquées et que nous faisons face. Mais aussi parce que nous sommes lucides. Parce que nous savons être vulnérables, nous n'avons pas peur de pleurer. Nous savons ressentir. 

A chaque fois que nous dépassons nos limites, à chaque fois que nous prenons une respiration au lieu de réagir, à chaque fois que nous prenons soin de nous (vraiment soin de nous), nous posons un acte d'héroïsme. Nous incarnons le changement, non plus seulement pour nous, mais pour ceux qui nous entourent, ceux qui nous sont proches, ceux que nous ne connaissons pas.

Il est possible de rendre ce chemin plus agréable à parcourir. Si nous acceptons d'être des héroïnes, cela ne veut pas forcément dire que nous voulons être des guerrières, du moins pas 100% du temps. Réservons notre combativité pour nos soeurs soumises, opprimées, malmenées. Ici et maintenant, nous pouvons être héroïques sans nous battre. Parfois, le combat cède la place à la force tranquille, la solidité de la paix intérieure et la certitude de faire ce qu'il faut. 

Comment se recentrer quand notre confiance se fragmente, quand les circonstances taquinent notre résolution et notre paix intérieure ?

Voici quelques suggestions. Ne vous laissez pas abuser par leur étonnante simplicité. Même si certains concepts vous paraissent ridiculement basiques, que cela ne vous empêche d'essayer de les appliquer dans votre quotidien. Soyez ouvertes et aventureuses !

 

1. RES-PI-REZ

C'est l'exemple typique de pratique que vous auriez envie de balayer d'un revers de la main. Nous respirons tous, c'est un fait. Mais respirer calmement, en conscience, dans l'abdomen et non le thorax est une tout autre manière de respirer que notre respiration inconsciente et peu profonde. Pratiquer la respiration consciente de manière régulière (pourquoi pas comme pratique méditative si vous souhaitez aller encore plus loin) a de nombreux effets bénéfiques tant sur le plan physique qu'émotionnel. Apprendre à respirer avec le ventre, comme le font d'ailleurs naturellement les bébés, apporte une détente quasi immédiate. Les cellules sont oxygénées, les organes sont doucement massés par les mouvements du diaphragme. En plus d'apporter calme et sérénité, cela peut également contribuer à réduire les problèmes intestinaux comme les ballonnements ou la constipation. Sur le plan émotionnel, prendre l'habitude de compter dix respirations profondes avant de réagir à un stimulus externe (d'agression, frustration, colère, déception, etc) permet de ne pas entrer en ré-action. Réagir vivement à une circonstance externe nous tire toujours de notre conscience à nous-mêmes. Nous sommes décentrés. Vous ne prendrez peut-être pas cette habitude du jour au lendemain, car tout dans notre monde moderne est basé sur notre propension à réagir, à commencer par les messages publicitaires. Mais après avoir constaté les bénéfices d'une pratique régulière de la respiration profonde, vous aurez de plus en plus de facilité à rester centrées et en conscience. 

2. FAITES (UNE VRAIE) PAUSE

Dans la course à la productivité, nous payons le prix fort. C'est une course sans fin dont personne ne sort vainqueur et qui nous laisse épuisées, vidées, parfois déprimées. Il est important de ne pas attendre le burn-out pour faire une pause. Faire une vraie pause, plusieurs fois par jour, au lieu de freiner notre productivité, nous aide à être plus concentrées, plus efficaces et donc plus productives. Je découpe ma journée en tâches de 50 minutes, qu'il s'agisse de tâches ménagères, professionnelles ou même créatives. Toutes les 50 minutes, je m'octroie une VRAIE pause de 10 minutes. Une vraie pause, cela veut dire pas 10 minutes passées sur candy crush ou les média sociaux. Cela veut dire une occasion de me recentrer, de lire un article que j'avais mis de côté en buvant un bon thé, m'assoir et me masser la plante des pieds ou travailler un morceau de piano. Je mets mon minuteur, quand les 10 minutes sont passées, je me remets à l'oeuvre avec une énergie renouvelée. Une fois par jour, je prends une plus longue pause de 20 minutes durant laquelle je sors pour une marche en conscience ou bien je pratique une méditation. Même si vous vivez en ville, vous pouvez sortir pour une promenade où vous porterez votre attention à vos pas, votre respiration, les sons environnants, les détails qui d'ordinaire vous échappent lorsque vous êtes en mode pilotage automatique. Lorsqu'il pleut, ou simplement si l'humeur n'est pas à sortir, j'aime pratiquer une méditation. Une méditation guidée ou une simple méditation basée sur la conscience de la respiration peuvent changer radicalement votre vie. Il n'y a pas de bonne manière d'être présente à soi, pas de technique infaillible, pas de manière unique de méditer. Asseyez-vous, respirez, observez vos pensées comme vous observeriez des nuages qui passent dans le ciel : vous n'essayez pas de les chasser, vous attendez qu'ils passent.  Revenez à vous à chaque fois que vous remarquez que vous êtes prises dans le train de vos pensées et commentaires, avec douceur et bienveillance. Il est facile de prévoir cette pause consciente après votre déjeuner par exemple, pour commencer l'après-midi avec énergie et enthousiasme.  

3. VIDEZ-VOUS LA TETE ET FAITES UN PLAN

"J'ai la tête qui va exploser", "j'ai des trous de mémoire", "je suis tellement fatiguée que je n'arrive plus à réfléchir". Ce sont quelques-unes des réflexions que nous pouvons nous faire à nous-mêmes quand nous sommes proches du trop plein d'information. De l'emploi du temps scolaire des enfants, aux dead-lines professionnelles, des activités extra-scolaires aux réunions familiales, en passant par les rendez-vous chez le dentistes, les repas, les courses... Au secours ! Votre cerveau n'est pas un disque dur, ce n'est pas un espace de stockage. C'est un générateur d'idées créatives, un outil de résolution de problèmes, une machine à solutions. Lorsque nous tentons de le remplir d'informations, de dates, d'événements, de listes de choses à faire, il sature, il se rebelle, il cesse de fonctionner correctement, il ne peut simplement plus faire ce pour quoi il est originellement prévu. La solution est simple : videz le disque dur, faites du ménage dans les coins, aérez votre tête. Pour cela, faites un brain dump. Le brain dump vient de l'anglais et veut littéralement dire vidage de cerveau en référence au jargon informatique data dump qui signifie vidage de données. Voici en 4 étapes comment je fais mon brain dump régulièrement (inspiré de la méthode de Kristine Kane, célèbre coach américaine) :

  • Prenez une grande feuille blanche et lâchez-vous, écrivez tout ce qui vous passe par la tête, sans filtre, n'importe où sur la feuille, n'importe comment. Tout ce qui vous tracasse, ce que vous avez à faire, tout ce que vous vous répétez à longueur de journée pour ne pas l'oublier : vos rendez-vous, vos idées, ce truc que vous voulez dire à votre mari, à votre meilleure copine, à votre mère...
  • Rayez les TDQIPR : les Trucs Débiles Qui vous Inquiètent Pour Rien. Ce qui inclut de vous demander 30 fois par jour si vous avez bien fermé le robinet de la cuisine ou ce que vous allez faire Noël prochain (parce que c'est dans 8 mois et qu'on a le temps !). Cela inclut également les discours intérieurs et les spéculations sur ce que pensent les autres à propos de vous, ce que vous répondrez à votre chef la prochaine fois qu'il dépassera les bornes ou bien ce que penserait votre mère si vous changiez de carrière. Ce sont tout simplement toutes les choses auxquelles vous ne pouvez rien, ce qui ne dépend pas de vous et sur lesquelles vous ne pouvez agir ni maintenant, ni dans un futur proche. Si cela n'a pas sa place dans un calendrier, rayez-le !
  • Organisez tout le reste par catégories et décidez quand ou en combien de temps vous allez réaliser cette tâche ou cet objectif. 
  • Notez le tout dans un calendrier, pourquoi pas en utilisant un code couleur par catégories. Donnez-vous du temps, soyez réalistes. Vous devez vous sentir bien quand vous regardez votre calendrier. Vous pouvez faire la même choses avec les calendriers électroniques et connectés que vous synchronisez avec votre téléphone, c'est votre choix. Mon calendrier est affiché au mur. J'ai remarqué qu'ainsi, les membres de ma famille savent quand je suis plus occupée ou quand j'ai l'esprit libre et du temps à leur consacrer. Double avantage !

De cette façon, vous n'avez plus à vous souvenir de tout, vous savez que vous pouvez revenir à votre calendrier et vous pouvez utiliser les ressources de votre cerveau pour des taches plus épanouissantes et créatives. Vous pourrez effectuer chaque jour ce que vous avez à faire sans sacrifier votre sensation d'aise et de fluidité. 

4. SUIVEZ VOTRE PLAN

Donnez-vous des limites et faites en sorte que les autres les respectent. A ce stade, si vous avez pris l'habitude de respirer, d'apprécier vos pauses et d'organiser vos journées d'une manière agréable et fluide, vous devez vous sentir mieux avec vous-même, plus calme et plus sereine. C'est là qu'il est facile de se laisser décentrer, non seulement par nos vieilles habitudes réactives qui peuvent ressurgir à tout moment, mais également par les pressions extérieures et les impératifs des autres. Posez des limites calmement mais avec fermeté. Revenez à votre plan régulièrement, respirez. Savourez le fait de vous sentir bien, plus en conscience. Reconnaissez combien cela est précieux et communiquez librement sur ce sujet. Rien ne vous oblige à répondre IMMEDIATEMENT aux besoins et demandes extérieures. Vous pouvez très bien les inclure dans votre plan dans un délai qui vous convient. 

5. PRATIQUEZ L'AUTO-INDULGENCE

Vous réagirez encore, il vous arrivera de vous venger sur le chocolat, de crier sur les enfants, d'être injuste avec votre partenaire, de penser du mal de votre collègue, de vous détester de vous y être laissée aller... Mais souvenez-vous, vous êtes un être humain. Vous êtes faillible, vulnérable, perfectible et c'est là que réside votre perfection. En étant trop exigeante avec vous-même vous minimisez votre possibilité de vraiment vous améliorer, de grandir, de vous épanouir. Au lieu de vous flageller avec des orties fraiches à chaque fois que vous faites une erreur, revenez à votre respiration, honorez votre vulnérabilité comme votre force. Souvenez-vous qu'il n'y a pas d'erreur mais qu'il n'y a que des expériences et des leçons à en tirer. Traitez-vous avec l'indulgence avec laquelle vous traiteriez un petit enfant qui apprend à marcher. Ne l'accompagneriez-vous pas avec bienveillance dans son apprentissage ? Ne le féliciteriez-vous pas pour le chemin parcouru, même s'il n'a fait que trois pas ? Vous ne pourrez être bienveillante avec les autres qu'en commençant par être bienveillante avec vous-même.

6. DETACHEZ-VOUS DU RESULTAT

Vous avez certainement déjà remarqué que lorsque vous faites quelque chose parce que cela vous plait, vous amuse, vous nourrit intérieurement, vous vous moquez du résultat, vous êtes dans l'instant, vous savourez le processus. Essayer de créer cet état d'esprit dans votre vie de tous les jours vous aidera à rester centrée et sereine. 

Souvenez-vous lorsque vous attendiez vos résultats d'examen ou bien s'il vous est arrivé de postuler à des emplois et d'attende près du téléphone que l'on vous rappelle en vous rongeant les ongles. L'attente provoque l'anxiété et le stress. 

Beaucoup diront que c'est plus facile à dire qu'à faire. Mais comme tout ce que nous faisons de transformateur dans notre vie, cela commence par une décision. Respirez, donc, élaborez un plan qui vous paraît réalisable et qui est agréable, mettez-vous à l'oeuvre et surtout, durant tout ce temps, ne pensez pas au résultat, ne regardez pas ce que vous ferez demain. N'essayez pas de quantifier ni d'évaluer les conséquences de vos actions au moment où vous agissez. Faites ce que vous avez à faire, de votre mieux, avec votre coeur. Prenez vos décision en conscience et en confiance. En se concentrant trop sur ce qui pourrait arriver, on oublie non seulement d'apprécier le processus, le déroulement du moment présent parce que l'on génère tout une cohorte de sentiments négatifs dont la palette va de l'inquiétude au remord en passant par le doute, mais on risque également de paralyser l'action, de créer l'immobilité. 

Le meilleur moyen de se détacher du résultat est encore d'aborder nos tâches quotidiennes comme si c'était la première fois que nous les accomplissons, presque comme des enfants curieux et aventureux. Essayer d'apporter une touche d'insouciance, voire de jeu permet que si nous ne pouvons pas toujours faire ce que nous aimons, nous pouvons au moins tenter d'aimer davantage ce que nous faisons. 

Enfin, appliquez ce conseil du Dalaï Lama : "Il n'y a que deux jours dans l'année où l'on ne peut rien faire. L'un s'appelle hier et l'autre s'appelle demain. Aujourd'hui est le moment idéal pour aimer, croire faire et principalement vivre".

N'hésitez pas à écrire un commentaire ci-dessous pour me dire comment vous faites pour rester centrée au quotidien dans votre vie de femme, ou bien ce qui est le plus difficile à gérer pour vous, ce qui vous fait sortir de votre calme, ce qui met votre sérénité à l'épreuve. 

Mais surtout, si vous aussi, vous souhaitez vivre une vie plus intense, plus vraie, plus en conscience, avoir plus d'énergie et de vitalité pour répondre à l'appel de vos tripes, reprendre les rennes de votre vie pour la vivre pleinement, rejoignez-nous sur Facebook dans le groupe Heroic Mindful Woman, un groupe international où les femmes se soutiennent, s'entraident, se motivent et célèbrent leur conscience, leur paix intérieure et leur énergie retrouvées. Et oui, c'est héroïque !

Je crois profondément que la sérénité s'enracine dans la vitalité. C'est pourquoi j'ai créé un mini cours, La Vitalité en douceur, pour celles qui qui ont besoin d'un petit boost d'énergie mais n'ont pas envie des solutions toutes faites de magazines, veulent se libérer de la pression sociale et du "toujours plus productive". Inscrivez-vous et recevez ce mini cours par email pour apprendre les clés de la vitalité, en douceur, dans le respect de votre nature singulière.